Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma vie de touriste à Montréal

Avec le décalage horaire encore ancré dans mon cerveau, je me lève tôt et profite des longues journées d'été. Il fait beau et chaud à Montréal et la vie y est bien agréable.

J'ai commencé ma journée par faire quelques courses dans le magnifique marché Jean Talon puis je suis allée me balader au parc Jacques Cartier avant de retourner au Festival.

Le marché Jean Talon

Cest LE marché de référence à Montréal. Il existe depuis 1933 et il semble que ce soit le plus grand marché d'Amérique du Nord. Il se situe dans un quartier qu'on appelle la petite Italie. Il rassemble les producteurs de fruits et légumes, les fleuristes, les boucheries, poissonneries, boulangeries... toute l'alimentation. Il est ouvert tous les jours.

J'y avais déjà été cet hiver mais j'avais été un peu déçue et je lui avait préféré le marché Atwater dans un autre quartier de la ville. Or, c'est vrai qu'en été, l'ambiance est tout autre et les achalandages colorés donnent plus envie les uns que les autres. Entre touristes (on les reconnaît car ils prennent tous des photos) et habitants, le marché est très fréquenté. Les commerçants sont très agréables et les produits très appétissants.

C'est une agréable balade même pour ceux qui n'ont pas de repas à préparer.

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

Le parc Jean Drapeau

C'est un immense parc situé au milieu du fleuve Saint Laurent qui se compose de deux îles : l'île Saint Hélène et l'île Notre-Dame. Il a accueilli l'exposition universelle 1967. Actuellement, c'est un des poumons verts de Montréal et on y trouve un complexe aquatique, des chemins de randonnées, une plage de sable fin, un circuit pour faire du vélo, du patin ou courir... mais aussi des musées et le casino.

On y accède par le métro et je suis juste allée m'y balader et admirer la Biosphère, ancien pavillon des Etats-Unis de l'expo 67, construit par l'architecte Richard Buckminster Fuller. Il abrite maintenant le musée de l'Environnement. Il faisait tellement beau que je n'y suis pas rentrée.

Je n'avais pas apporté d'affaires de plage et je l'ai regretté ! Je vais y retourner savourer quelques heures de plage au cœur de la ville.

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

Après une petite sieste bien méritée (jetlag quand tu nous tiens !) je suis retournée au Festival Juste pour Rire.

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

La restauration Foodtruck

Comme dans tous les festivals qui se respectent, il y a partout à boire et à manger. De plus, ici, nous sommes en Amérique du Nord, et on mange à toutes heures.

Le choix est énorme ! Les foodtrucks se succèdent et proposent de tout : des plats très québécois comme la Poutine ou des queues de Castor à de la nourriture plus internationale.

Certains de ces gros camions appartiennent à des restaurants connus et adaptent leurs spécialités en nourriture de rue. La street food fonctionne bien l'été ici.

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

Les spectacles gratuits

L'après-midi, le site est calme. C'est surtout l'espace Famille qui est investi par les parents avec de jeunes enfants ou les ados en mal de sensations qui vont s'amuser dans le bateau qui donne le mal de mer.

Dès 17 heures, heure de sortie de bureau, le Festival se remplit très vite et les spectacles gratuits démarrent sur plusieurs scènes. La foule est au rendez-vous et l'ambiance est vraiment sympa car tout le monde est là pour se marrer et ça fonctionne très bien.

On boit un verre, on grignote et on rit, c'est la belle vie !

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

Les têtes d'affiche

A côté de ces scènes de plein air, une grande partie des salles de spectacle montréalaises du centre-ville présentent des shows d'humoristes pendant cette période. Le choix est immense et difficile car il y a plusieurs programmations et séries.

Pour ce deuxième soir, j'ai choisi de découvrir un artiste belge et un gala d'humoristes québécois.

Alex Vizorek est un humoriste belge (oui, c'est déjà drôle, comme il le dit lui-même !) qui sévit aussi sur France Inter. Il s'est produit dans une petite salle très sympa type "café théâtre" au Théâtre Sainte Catherine sur la célèbre rue du même nom. Son spectacle "Alex Vizorek est une œuvre d'Art" est drôlissime. Il commente l'Art sous toutes ses formes (Art contemporain, musique classique, cinéma d'auteur...) avec dérision, humour et talent. J'ai ri du début à la fin comme tous les spectateurs (des belges, des français et des québécois pour qui il changeait quelques références très européennes). Je recommande vivement son spectacle (merci Jean-Marc Gheraille de me l'avoir fait découvrir)!

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

Laurent Paquin et Cathy Gauthier dans les Rivalités des Québécois : Cérébral versus Impulsif. Ce spectacle se donnait dans la très belle et immense salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts. C'est un gala présenté par des humoristes québécois de renom et avec une série de sketches sur le même thème où j'ai découvert d'autres artistes de la scène du Québec, Simon Gouache, Dominic et Martin, Olivier Martineau, François Massicotte, Jean-François Mercier, Silvi Tourigny, Mathieu Cyr et Paul Doucet. La salle était pleine et en délire. Les spectateurs ont ri du début à la fin et se levait pour applaudir après chaque sketch. Je me suis bien marrée aussi mais pour être honnête je n'ai pas tout compris ! Entre l'accent québécois prononcé pour certains, le vocabulaire et les références qui me manquent, j'ai dû passer loin de certains jeux de mots et subtilités. Mais ça n'empêche pas que j'ai beaucoup ri car le rire est très communicatif !

Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2
Chroniques de Montréal, Juste pour Rire #2

Commenter cet article

Recherche

Suivez-moi sur Twitter