Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis notre voyage autour du monde, j’ai changé ma façon de consommer.

Déconsommer, une action citoyenne ? Certainement.

Mais, je vais juste vous parler de ma petite expérience personnelle, qui n’a pas un fondement très militant.

 

Pendant le voyage

Bon, d’abord, c’est vrai que je n’ai pas eu le choix ! On est parti avec notre maison sur le dos. C’est que ça pèse un sac à dos avec toutes ses affaires pour un tour du monde (sans parler des affaires scolaires du petit dernier… les cours du Cned, c’est du plomb !!!). Alors, point besoin d’en rajouter ! On a bien envoyé quelques colis mais en général, on a bien moins envie d’acheter et de se charger quand on est nomade.

En plus, on ne pouvait pas oublier que notre budget était limité. On était en famille avec nos enfants. Alors, pas question de mal gérer… on ne peut pas embarquer les enfants dans des galères au bout du monde. On avait décidé en famille d’en profiter au maximum. Il a fallu faire des choix, car on n’est pas milliardaire (dommage, d’ailleurs, on serait encore sur la route…). Donc à nous les guesthouses, les auberges de jeunesse, les échanges de maison, les repas sur les marchés, dans les boui-boui , les pique-niques dans des sites magnifiques, les transports locaux, les belles rencontres…

Les frais bancaires coûtent très chers quand on voyage, alors on apprend à tirer des sommes d’argent plus importantes aux distributeurs. Et on gère très différemment des espèces. Adieu les achats avec la CB dont on maîtrise que très moyennement la somme totale à la fin du mois. Avec des espèces, on se rend vraiment compte de la valeur de ce qu’on dépense. On réfléchit à chaque achat.

Nos quelques mois en Asie du Sud-Est, face à des gens très pauvres et qui paraissent heureux, qui peuvent même partager avec vous, on se pose des questions. On s’éloigne un peu de la société de consommation, on apprend la simplicité. Qu’est ce que ça nous apporte les vêtements de marque, les gadgets divers et variés qui nous semblent indispensables un temps et qu’on délaisse bien vite, les bibelots « nid à poussière », le dernier modèle de téléphone, la grosse voiture qui va très vite, la 20ème paire de chaussure qu’on mettra 2 fois… Bref, on avait déjà commencé à réfléchir !

 

Au retour

Mais c’est au retour qu’on s’est rendu compte qu’on avait changé.

D’abord, on était un peu « à sec » ! Un tour du monde et quelques mois sans travailler, ça laisse quelques traces sur le compte en banque (même si je le répète, c’est à portée de toutes les bourses…lire ici et). Alors, pas question de dépenser allègrement ce qu’on n’a plus !

Ensuite, les derniers mois de notre tour du monde se sont passés en Asie (Chine, Vietnam, Cambodge, Thaïlande) où le coût de la vie est très inférieur au coût de la vie en France. Alors, tout nous paraissait horriblement cher en France ! On ne pouvait plus acheter quoi que ce soit sans comparer avec le prix en Asie.

100 euros pour une paire de chaussures… mais avec 100 euros on peut vivre 2 jours à 4 ! Et finalement, on en a plein des chaussures qu’on ne mettait plus !

100 euros pour aller au restaurant en famille… mais avec 100 euros, on peut manger presque une semaine !

100 euros pour un jean’s Levis… mais on en a acheté pour 20 euros aux États-Unis !

50 euros pour une petite fringue sympa… mais ça valait 5 euros en Chine !

Impossible de dépenser sereinement pour des futilités ! Une petite voix me rappelle à l’ordre.

 

Maintenant

J’ai gardé l’habitude de payer beaucoup de choses en espèces. Ce n’est pas très moderne mais c’est très efficace pour dépenser moins et mieux.

Je n’achète plus de manière compulsive et irraisonnée. Je réfléchis avant d’acheter.

J’ai  envie de vivre plus simplement et j’achète moins. Curieusement, je suis moins tentée.

Je vous rassure, je continue quand même à me faire plaisir et je ne tend pas vers une vie austère et raisonnable. Je gère juste mes priorités.

Je me sens plus libre.

 

Et vous, vous consommez comment ? Qui a lu « Comment j’ai arrêté de consommer » de Frédéric Mars ?

 

Commenter cet article

Sylvie 01/01/2013 20:48

J'ai aussi du mal avec les hypermarchés, et tout particulièrement en cette période de fête et d'hyper-consommation !

marie 01/01/2013 15:16

c'est exactement ce que je ressens
outre le prix des choses c'est aussi l'offre plethorique qui me choque
2 metres de lineaires pour les cornichons et 5 pour les yaourts
j'ai arreté depuis longtemps de frequenter les super grandes surfaces preferant : les marchés ,les achats en direct ...

Recherche

Suivez-moi sur Twitter