Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon article "Desesperate Housewives, la vie dorée (ou pas) des femmes d'expatriés" a généré un nombre de visites et de commentaires dont je n'ai pas l'habitude.

Caricatural, il donne une image pas très lisse ni toujours flatteuse des femmes qui ont suivi leur conjoint parti travailler dans un pays étranger.

Même si certains commentaires ont été dans le sens du post... on m'a fait remarquer avec justesse que ce portrait est surtout valable pour les expatriations en Asie et en Afrique, qu'ailleurs la vie est confortable mais que les familles ne bénéficient pas de personnel de maison et de luxe.

Les femmes d'expat qui ont réagi, comprennent l'image qu'elles renvoient et savent qu'elles ont la chance de vivre une belle expérience mais veulent apporter quelques nuances à ce regard qu'on porte sur elles. Elles répondent.

 

Droit de réponse.

 

J'ai écrit : Elles s’ennuient !

  • "Mais il ne faut pas oublier que ces femmes « oisives » n’ont souvent pas choisi leur destination et qu’à cause des déplacements fréquents de leur mari, il leur est très difficile d’avoir une véritable activité professionnelle prenante." Delphine
  • "...pas si simple : plaquer son boulot pour vivre au crochet de son mari, ce n’est pas rien actuellement. Nos maris triment au boulot, les femmes triment un peu moins, certes, mais gèrent les galères du quotidien… et en inde, je peux dire qu’il y en a un paquet." Soma
  • "...grâce à ces expats nombre de services se développent: je pense à de nombreux cours qu’elles donnent pro bono, implication environnementale, etc." Caroline
  • "...il y a certaines choses vraies (et qui m’énervent), pour autant pas sûre qu’elles soient liées à l’expat, tu vas dans le 16ème avec des femmes qui ont de l’argent, du personnel, qui ne bossent pas, à mon avis, c’est pareil …" Lilibulle

J'ai écrit : Elles râlent !

  • "On se plaint en France, pourquoi n’a-t-on pas le droit de se plaindre aussi ailleurs ?" Soma
  • "Bon, par contre moi je ne pense pas être une affreuse râleuse …un peu bien sûr mais pas plus que mes copines en France ;)" Nath
  • "...râler sur la nourriture, certes mais finalement la première chose qui te manque à l’étranger c’est la nourriture et même si tu penses que tu n’es pas si centrée sur la nourriture, ça te manque …" Lilibulle   (Note Sylvie : Les 5 produits français  qui me manquent ...)

J'ai écrit : Elles traitent mal leur personnel !

  • "Son jardinier (qu’elle rémunère grassement) vient surtout pour lui raconter le brésil et l’aider dans la langue. Elle n’a pas de femme de ménage." Lavie d'la mouette

J'ai écrit : Elles n’apprennent pas la langue du pays. Elles ne fréquentent que le cercle fermé des expats.

  • "Pour l’apprentissage des langues, je crois que cela dépend: celles qui bougent souvent, au bout de quelques fois se lassent d’apprendre la langue du pays." Caroline
  • "Juste pour répondre sur le sujet de la langue et du fait de ne pas « se mélanger » aux « locaux », comme on dit, ce n’est pas si simple que ça … Apprendre une langue étrangère n’est pas aussi facile qu’on le pense quand on est de l’autre côté de la barrière, ça prend des années et encore, moi, j’ai la chance de vivre dans un pays anglophone, je n’imagine même pas devoir apprendre le Japonais ou le Chinois … Quant à se lier avec les gens du pays, bizarrement ça semble facile quand on n’y est pas, mais dans la réalité ça ne l’est pas tant que ça, notamment à cause de la langue mais pas seulement !" Nath
  • "c’est vrai que les femmes d’expats ont tendance à se « regrouper », parce qu’il n’est pas toujours facile de vivre loin de ses racines, de ses amis, de sa famille, de sa culture, donc c’est rassurant et réconfortant de retrouver des gens qui viennent du même endroit et vivent la même chose." Nath

J'ai écrit : Et en plus elles se plaignent !

  • "Beaucoup de femmes d’expat (comme si elles n’étaient pas expat elles mêmes) dépriment: elles ne sont que le +1 de leur maris, sont en général pas reconnu, tout ce qu’elles ont elles le doivent à leur maris, visas inclus, souvent elles n’ont pas le droit de travailler, alors heureusement qu’il leur reste le droit de se plaindre." Mariel
  • "Ma meilleure amie est fille d'expat', elle est née en Indonésie, puis a laissé ses copains à 7 ans pour la Lybie, puis a porté le voile aux Emirats Arabes Unis, puis se retrouve seule à la Fac à Paris à 20 ans ....Avec ses parents à Bali ! Bref, humainement pas si facile !" Magikyaya

 

Les blogs des expatriées du bout du monde

(enfin, c'est où le bout du monde ?!)...

Aujourd'hui pour me faire pardonner mes égratignures, je mets à l'honneur quelques blogs de ces expatriées dont je suis les aventures avec grand plaisir.

Allez-les lire, et vous découvrirez les joies, les peines, la vie quotidienne, les bons plans de ces blogueuses de l'étranger.

 

 

 

Commenter cet article

Sylvie 16/06/2012 07:39

Merci pour le partage de ton expérience. Je lis ton blog avec grand plaisir. La vie rêvée n'existe ni en France ni au bout du monde...

Lolaz 15/06/2012 21:07

Pour ma part, ca fera trois ans aux Etats Unis. Je suis femme de, et je n'ai pas le droit de travailler a cause du visa. Je n'existe pas aux Etats Unis, et nous n'existons plus vraiment pour la France non plus, donc je suis un fantôme :p
La première année, je n'ai rien fait de spécial. Pas le permis, un anglais bancale, personne sur place, mais c'était tellement le rêve par rapport à ma vie en France que j'ai profiter a fond de mon moral retrouvé :)
Ensuite j'ai pris des cours d'anglais dans un lycée, j'ai commencé a me faire des amis, surtout via mon blog.
Là je fais partie d'une association d'accueil de français et je rencontre des expat a la vie dorée, des mères de familles avec des villas de rêve. Pour certaines, je les connaissais avant d'aller chez elle, et j'étais très surprise de voir leur cadre de vie! Pour la plupart jamais je n'aurai imaginé qu'elles étaient aussi aisées... Elles ne se plaignent jamais, sont contentes d'avoir quelques années de pause professionnelle, peuvent voir leurs enfants et partager cette expatriation avec eux etc...

Donc non, l'article précédent ne ressemble EN RIEN a ce que j'ai pu voir. Par contre je sais que nos amis en France s'imaginent qu'on gagne beaucoup d'argent alors qu'on galère. Ils s'imaginent beaucoup de choses qu'on a arrêté de justifier...

Mili 14/06/2012 09:31

Avec plaisir :)
Je suis partie en Erasmus en Norvège et ensuite partie etudier (et suis restée) aux Pays-Bas.

Sylvie 13/06/2012 23:15

Merci Lucie. Je reviens bientôt vers toi pour t’interroger sur les Erasmus !

Sylvie 13/06/2012 23:13

Étant données toutes les réactions suscitées par cet article, je pense qu'un article sur ton expérience devrait intéresser beaucoup de monde. Si tu veux témoigner sur mon blog, je te fais une place avec plaisir !

Sylvie 13/06/2012 23:10

Heureusement que tout le monde ne rentre pas dans les cases ! Merci de le dire.

Sylvie 13/06/2012 23:08

Merci. J'aime bien aussi les interviews. Si tu pars vivre au Sri Lanka, tu nous raconteras :) Bises

Sylvie 13/06/2012 23:06

Merci pour ton témoignage. La situation du Monsieur qui suit, est plus rare ... dommage d'ailleurs !
Je suis votre blog et je n'ai effectivement pas l'impression que tu t'ennuies, râles ou te plains ! Chaque situation est unique (c'est pourquoi, j'aime faire des interviews) et dès qu'on généralise, les clichés apparaissent.

Sylvie 13/06/2012 22:58

Merci pour ton commentaire. Moi, j'ai été très surprise de toutes ces réactions à un article caricatural et léger ! Bon rétablissement. Bises

Sylvie 13/06/2012 22:55

Très bonne idée ton article "droit de réponse" !

Recherche

Suivez-moi sur Twitter