Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Expatriée, c'est sympa, non ?

  • habiter dans un pays lointain qui fait rêver ses copines
  • vivre dans un joli logement
  • avoir du personnel de maison (bye bye ménage, repassage, corvées...)
  • avoir une nounou à plein temps pour les enfants
  • peut-être même un chauffeur, un jardinier, une cuisinière...
  • avoir enfin du temps pour soi
  • un bon confort financier
  • des opportunités de voyages dans les pays alentours...

Bon, mon article est assez éloigné de la vie du voyageur "sac à dos" et les expatriés, on ne les rencontre pas beaucoup en voyage en fréquentant les guesthouses (quoi que...)... C'est une espèce un peu à part, pas toujours bien vue des locaux (pourtant ils contribuent à créer des emplois) et des voyageurs. Le portrait est un peu caricatural mais c'est pour vous faire réagir !

Je sais, mon article sera un peu polémique car je lis pas mal de blogs d'expatriées (et j'aime bien !) et leur vie me semble intéressante. C'est suite à ma rencontre avec B. (je ne veux pas lui faire perdre ses clientes !) à Hong Kong que l'inspiration m'est venue ! Il est français, grand voyageur, marié à une chinoise et a créé une entreprise dans le tourisme à Hong Kong où il vit depuis des lustres. Il est très critique vis à vis du cercle des expatriés privilégiés...

Qu'est-ce qu'un expatrié privilégié ? Celui qui est envoyé par son entreprise dans un pays étranger pour une période limitée (souvent 2/3 ans) et qui bénéficie d'un contrat français, d'assurances sociales françaises, de la location de son logement et des frais de scolarité des enfants au Lycée français payées par l'entreprise... C'est souvent un homme (quid de l'égalité hommes/femmes ?!) et sa famille le rejoint.

Ces expatriés hommes, B., les voit peu mais par contre son regard sur leurs femmes  n'est pas toujours tendre.

  • Elles s'ennuient ! Elles avaient peut-être un job intéressant qu'elles ont abandonné pour suivre leur compagnon. Sans boulot, déchargées des corvées ménagères, de la garde des enfants et avec un conjoint souvent absent (il est venu pour travailler, lui !), elles ont trop de temps libre.
  • Elles râlent (un mal français) ! Les règles du pays, les horaires, le climat... Elles ne trouvent pas de bon pain, de vin ou de fromage.
  • Elles traitent mal leur personnel ! Enfin, pas vraiment, mais elles adoptent facilement les normes en vigueur dans le pays. Et ce n'est pas toujours très social.
  • Elles ne fréquentent que le cercle fermé des expats.
  • Leurs enfants sont mal élevés ! Ils sont traités comme des rois par les nounous, ne fréquentant que des enfants d'expats et sont très gâtés.
  • Elles n’apprennent pas la langue du pays. Pas besoin dans le monde des expats.
  • Elles ne pensent qu'à faire les magasins et à organiser leurs week-ends et quelques voyages pour les vacances scolaires.
  • Et en plus elles se plaignent ! Leur famille, leurs amis, leur métier...leur manquent.

Moi, ça me rappelle les épisodes de Desperate Housewives, pas vous ?!

Alors j'aimerais lire la contre-attaque des femmes expatriées ! Et la réaction des voyageurs. A vos plumes !

 

Commenter cet article

Fanny 19/11/2016 15:09

Le statut dont tu parles : expatrié est le faite de ne pas vivre dans son pays d'origine et d'avoir un contrat local.
Le détaché est celui qui garde un contrat de travail français, etc...

Fanny 25/11/2016 16:36

un détaché et un expatrié sont considérés comme des immigrants dans les 2 cas dans le pays étranger dans lequel ils vivent.
Un immigrant est une personne qui n'est pas née sur le sol du pays ou il vit (temporairement ou de manière permanente).

Je travaille en mobilité internationale en entreprise et je sais que nous faisons souvent des abus de language concernant l'expatriation.....
Son statut de travail est alors soit expatrié ou détaché.

Définition RH et juridique du détaché : Il faut entendre par détachement, le salarié français ou étranger d’une
entreprise ayant son siège social en France, qui est envoyé en déplacement à
l’étranger pour une durée déterminée (inférieur à trois ou six ans) et qui continue
d’être rémunéré par son employeur. En droit social, le salarié détaché reste sous
contrat avec sa société d'origine et garde donc avec elle un lien de subordination
juridique. L’entreprise doit verser l’intégralité des cotisations salariales au régime
de la sécurité sociale française. Le salarié détaché est réputé avoir sa résidence et son lieu de travail en France, il reste rattaché à son employeur d’origine d’un point de vue juridique.

Définition RH et juridique d'expatrié : On parle d’expatriation quand un salarié est envoyé en poste fixe à l’étranger ou lorsque la durée de la mission excède les limites autorisées. Il s’agit du salarié qui a été embauché en contrat local.

Asia 25/11/2016 16:15

ne pas vivre dans son pays d'origine et avoir un contrat local c'est être immigrant....

Lili Plume 16/10/2015 18:07

bonjour! J'ai écrit un livre qui parle exactement de ça! Ma première année de femme d'expatriée au Brésil ! Je présente les premières pages sur mon overblog.

http://liliplumedobrasil.over-blog.com/

..J'ai aussi cet article de presse qui me présente

http://regards-interculturels.fr/2015/10/tribulations-dune-femme-expatriee/

(et deux autres sur le petitjournal.com et femmeexpat.com dont les liens sont sur mon blog)

Je parle de tout ce que vous dites ! La vraie vie quoi...C'est drole amusant parois triste dificile enfin..;la vie d'une femme d'expat!! ;-)

Bonne lecture et bonne continuation à toutes!!

Lili Plume

Djoulate 26/02/2015 16:12

Bonjour bonjour, désolée... j'arrive avec un peu de retard dans la bagarre (2 ans!) mais.. les choses n'ont pas changé! J'aimerais aussi vous faire part de mon experience et si vous êtes toujours intéressée (2 ans après rien n'est moins sûr!) je serais ravie de vous faire partager mon expérience en répondant à vos 11 questions... Il y a des choses qui sont très vraies dans ce que vous dites et c'est assez drôle (mais un peu flippant aussi) de voir qu'on est dans cette catégorie là vu de l’extérieur! Je suis en effet un pur produit du gros cliché de la femme d'expat comme on les aime (ou pas) avec force femmes de ménage (oui j'en ai 2!), grosse baraque avec piscine, nounou pour mon fils, beau contrat qui va bien, etc.. mais il y a aussi des choses qui ne sont pas tout à fait exactes. D'abord il n'y a pas toujours de communauté d'expatriés dans les villes où l'on vit, c'est le cas ici par exemple où les français se comptent sur les doigts de la main et ne communiquent pas entre eux. Ensuite, moi je prône au maximum l'intégration avec les locaux sauf que voilà, je vis en Bulgarie, et je pense que je passe à peu prés tout le temps pour une extraterrestre! D'abord si j'ai une nounou, c'est parce que mon fils n'a pas 12 mois et qu'aucune structure n'accueille les petits bébés ici car le congé mat dure 12 à 24 mois aprés la naissance... sinon il serait déjà en crèche depuis longtemps. Ensuite, nous aimons, avec mon mari, faire de la moto tout terrain (de l'enduro), des randos à pied ou en raquette si il neige (mais des vraies randos, en pleine nature, avec pique nique, bébé dans le sac à dos, etc..) du ski de randonnée ou de fond,etc... je pense que pour celles qui me lisent cela ne paraît pas si extraordinaire, mais ici pour les bulgares ce sont des activités complétement inconnues! Personne avec qui partager ce genre de loisirs! Je suis enceinte du 2ieme (oui ça aussi, je sais, c'est un gros cliché) et pourtant, à 7 mois de grossesse, je travaille 1 jour par semaine dans une petite PME comme consultante et 2 jours par semaine je donne des cours de français dans une usine et là encore, les bulgares ne comprennent pas pourquoi je ne reste pas à la maison à "ne rien faire" ou à m'occuper de mon premier fils qui a 9 mois. En effet ici, les femmes avec un petit bébé ont comme activité principale et quasi exclusive d'aller se promener au parc avec la poussette, c'est la réalité, ce n'est pas péjoratif ou réducteur. Le sac à dos????? inconnu et impensable !! Et pourtant en ne travaillant que 3 jours par semaine, j'ai l'impression d'avoir plein de temps pour mon bébé. Je lui prépare ses purées et ses compotes grâce à mon super baby cook magique, là encore, vous lectrices françaises qui me lisez, me direz "ben oui et alors c'est normal non?".. et bien.. pour les bulgares c'est là encore un truc inhabituel. Il existe des sociétés qui préparent des repas pour bébé et qui vous les apportent à domicile (un peu comme nous pour les personnes âgées) et pratiquement toutes les mamans y ont recours alors qu'elles ne bossent pas ! Même le pédiatre, pour vous dire que je n'invente rien, m'a dit "mais madame faut pas faire à manger à votre bébé, ça prend trop de temps, vous devriez acheter des repas à domicile c'est trés équilibré". Sincèrement? j'étais abasourdie...!! Quant aux femmes enceintes ben... elles ne font rien, ou quasi, mais surtout pas d'activités physiques ni sportives..! La preuve il y a 1 unique cours pour femmes enceintes dans toute la ville et quand j'ai voulu m'inscrire la prof m'a dit "ben vous êtes toute seule, alors je peux pas vous faire cours. Si quelqu'un s'inscrit je vous rappelle". Il y a eu 1 personne qui s'est inscrite et j'ai pu faire quelques séances avec elle mais maintenant elle a accouché (et c'est devenu une bonne copine) et ... elle est américaine!!! Cherchez l'erreur.. Voilà aussi la réalité des choses, je l'invente pas, nos modes de vie sont très différents d'un pays à l'autre et ce n'est pas évident de lier des relations solides quand il y a autant d'écart de point de vue, de mentalité, de vision des choses. Il y a 10 ans j'étais en VIE en Roumanie, j'ai appris la langue, travaillé dans le pays et j'avais pas mal de copains roumains (on était tous jeunes cadres dynamiques célibataires) mais aujourd'hui je ne les vois plus, alors que j'ai aussi rencontré bcp de jeunes français en VIE comme moi qui sont depuis rentrés en France, pour la plupart mariés et parents, et aujourd'hui encore ce sont toujours des amis. Il faut voir la vérité en face, à un moment donné, on a besoin de se retrouver avec des gens qui nous "comprennent" à qui on n'a pas besoin d'expliquer pourquoi on fait ci ou ça, pourquoi on se comporte comme ça, des gens avec qui on parle notre langue maternelle, sans faire d'effort pour se faire comprendre, à qui on peut lancer une blague sans avoir besoin de l'expliquer pendant des heures parce que c'est une blague des Inconnus ou de Florence Foresti et qu'ils connaissent cet humour! C'est humain je pense. Ce n'est pas une fin en soi mais c'est nécessaire à un moment donné, je pense que c'est une question d'équilibre. Enfin je dirais que oui, être expatriée c'est tout beau, bleu ou rose, avec des supers conditions, mais n'empêche que la famille, on a beau dire, surtout quand on a des petits enfants, c'est vraiment important et ça manque, c'est quasi inévitable. Pourquoi ? Parce que ce sont des gens qui vous aiment, à qui vous n'avez pas à vous justifier de qui vous êtes, à faire attention à ce que vous dites, comment vous vous comportez, parce qu'ils vous connaissent par coeur et vous aiment comme vous êtes, parce que quand vous rentrez ils sont contents de vous voir, de voir que les enfants ont grandi, ils vous communiquent leur amour sans concession, quoi que vous fassiez ou disiez, et si vous avez envie de vous évader un petit WE ou plus longtemps avec votre homme, les grands-parents seront ravis de garder les petits et vous leur laissez sans problème parce que vous avez confiance et parce que vous savez que vous leur faites plaisir ! Mais quand ensuite vous retournez dans votre "pays d'accueil" il n'y a personne qui vous attend qui est heureux de vous voir, personne qui a envie de garder votre gosse pour vous libérer un WE, que vous soyez là ou pas les gens ont leur vie, vous ne leur manquez pas, à eux, même si vous vous êtes liés d'amitié sincère avec certaines personnes, c'est différent. Et à chaque retour vous vous prenez ça en pleine figure. Il faut "remettre en route la machine, le train-train quotidien" rappeler les copines, retrouver vos marques... La famille ça n'a pas de prix et oui, quand on est en expat, c'est dur d'être loin d'eux, même si on assume notre choix, même si on vit d'autres choses géniales, ce n'est pas qu'on se plaint, encore une fois c'est juste la réalité, il faut vivre avec et on peut comprendre que certaines femmes (qui n'ont pas un travail hyper prenant comme leur workoolique de mari) puissent déprimer ou mal vivre cette expérience pourtant si enrichissante par tant d'autres aspects. Voilà c'est mon point de vue. Mais à part ça moi je vais bien :)

Sylvie 26/02/2015 16:32

Merci pour ce témoignage ! Je serais ravie d'en savoir plus et de le partager sur le blog, car je n'ai eu aucun témoignage d'expatriation en Bulgarie. Je vous envoie les 11 questions :)

catherine 16/09/2014 22:07

Es-tu toujours à Tahiti car je serais venue voir tes productions de couture:j'adore ! Je viens d'arriver en Pokynésie et j'y suis pour 3 ans (je suis la carrière de mon homme Merci de me répondre

Anne 26/06/2014 12:26

http://lecoindesvoyageurs.fr/desesperate-housewives-la-vie-doree-ou-pas-des-femmes-dexpatries

Bonjour à tous!

Oui il y a des femmes qui s'ennuient et qui dépriment en Expat, mais en France aussi.

Oui il y a des nanas qui sont perdus de se retrouver dans un territoire loin de leurs habitudes mais en France aussi il y a des femmes perdues sans leurs rituels.

Oui il y a des femmes qui en profitent à fond de leur Expat mais en France aussi il y a des femmes qui pour rien au monde ne quitterait la France car elles aiment trop leur vie.

Mais qu'est-ce que profiter à fond d'une expatriation, d'un nouveau pays?

Pour certaines, ce sera de pendre soin d'elles et d'abuser des soins en institut (surtout que dans certains pays c'est un super service et peu cher et même cher, le temps est la alors qu'elles auraient tort de ne pas en abuser),
d'autres resteront enfermées chez elle des heures avec un bon livre (car elles en avaient toujours rêvées),
d'autres ne pourront s'empêcher de visiter n'importe quels détails de ce nouvel endroit,
d'autres ne voudront plus partir et d'autres prendront le temps de se remettre en question sur leur utilité dans ce monde, leurs vraies envies (reprise d'un boulot, lancement d'un livre, s'occuper de leurs enfants qu'elles assument d'avoir mise au monde,...).

L'expatriation est un moment de remise en question pour certaines (d'où la dépression) mais en France aussi ça peut arriver.

L'expatriation est un moment de bonheur pour certaines, pour d'autres non. L'expatriation est une expérience personnelle. Ici ou ailleurs, c'est chacun qui provoque sa situation de vie et qui en fait ce qu'il veut.

Alors laissons ces femmes profiter de leur expatriation à leur manière et surtout laissons les déprimer car se remettre en question, être perdue c'est une des plus belles choses que la vie peut offrir à certains.

Laissons ces femmes se faire chouchouter à foisons, laissons ces passionnées de la lecture s'enfermer chez elles alors qu'elles ont à quelques mètres des monuments de l'UNESCO, laissons celles qui aiment parcourir le monde, le faire à 100%, laissons celles qui veulent travailler tout faire pour le faire.

Tant que vous ne saurez pas ce qu'est, devenir une femme expat´, vous ne pouvez pas juger mais n'hésitez pas à aller vers elle et à leur demander comment elles vivent cette chose que tout le monde semble connaître!!!! Souvent elles aiment en parler!!! Si! Si!

Ps: Tous les pays ne proposent pas une aide à la maison ou une nounou ou un beau salaire! Chaque pays et chaque contrat négocié à ces points positifs et négatifs!!! Et puis encore une fois, chacun fait ces choix de vie. Sinon pour les frustrés, quand on veut, on peut!!!
Ps: Dernier point, je tenais à dire que se faire un réseau de copains en France, c'est déjà très dur. Et encore je dis copain, pas amis!!!! Souvent en changeant de ville ça peut vite mettre un an alors imaginez à l'étranger.

International Coaching Solutions 26/02/2014 14:59

Merci pour cet article qui raconte des vraies expériences de vie des femmes expatriées. J’ai commencé à écrire une série d’articles développant davantage ce même sujet.

Cec 12/12/2013 13:21

Oui pas de probleme .

Sylvie 11/12/2013 22:50

Ton expérience est très intéressante. Accepterais-tu une interview sur le blog ?

Cec 08/12/2013 10:25

Je suis une femme d'expatrie depuis maintenant 7 ans , parle 5 langues ( dont celle des pays ou j ai vécu) j ai commence par Londres puis Rome , Bruxelles et étant enfant le Brésil.Je pense que c est vraiment cliché comme point de vue et c était certainement plus vrai il y a qq années maintenant les femmes ont plus de possibilité de contact, de travailler grâce à internet .
Pour ma part j ai travailler dans presque tous les pays à part un car j' etais enceinte! mais je suis consciente de ne pas avoir de problème de visa pour cela, mes 5 langues aidant aussi beaucoup!
J ai deux enfants et essaye de les éduquer normalement sans qu ils soient toujours dans le luxe et le monde d expat même si j en conviens cela demande des efforts . Je leur montre toujoursla réalité des choses et d ailleurs je reçois beaucoup de compliments concernant leur Adaptabilité remarquable et naturelle, leur facilité de contact, leur ouverture d esprit , à 3 et 5 ans ils parlent eu aussi déjà 3 langues français langue maternelle italien langue paternelle et anglais à l école.
Pour la première fois je suis expat dans mon pays pour 2 ans et ne travaille pas et j ai la oui l impression d être transparente , pas reconnue , pas tout à fait comprise non plus , a peine tu te refais des amies que tu dois repartir car je ne peux pas et ne veux pas me plaindre mais je gére
le quotidien , papier , inscription école en cour d année, adaptation à un nouveau pays pour les enfants, nouvelle école, absence totale du mari qui est toujours au travail , incompréhension des copines qui me disent mais pourquoi tu bouges tout le temps tu arrêteras quand? D ailleurs je pense que les expat si elles se mettent entre elles c est souvent car ce sont des personnes qui rencontrent les meme difficultées quotidiennes Et donc peuvent s entraider car c est une grosse qualite en expatriation l entraide !Sinon je travaille actuellement sur un projet de travail mobil pour moi à fin de pouvoir emporté mon travail avec moi , c est pas évident l expatriation celon moi demande adaptabilité et remise en question permanente car tu te trouves dans un monde qui bouge et changé toujours autour de toi ( en general tu sais 1 voir 2 mois avant de partir ta destination !) donc loin de moi pédicure et thé entre copines pour se plaindre de notre vie d expat!

Jean 29/11/2013 19:04

Véridique, c'est vrai que les femmes risquent de s'ennuyer dans ces "belles conditions" ce qui n'est pas le cas des hommes. J'en connais beaucoup qui font tout pour ne plus quitter leur pays d'expatriation

Recherche

Suivez-moi sur Twitter