Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est un article un peu particulier ! Alix m'a contacté pour parler de Floxiflux, une ville imaginaire, dont elle gère l'Office de tourisme avec les camarades de son équipe, dans le cadre de leurs études. Étudiants en MBA Marketing Digital et E-Business, ils ont pour défi d'essayer d'apparaitre premier en référencement naturel sur le terme Floxiflux ! Bref, pour que je parle de Floxiflux, Alix a écrit un article sur son expérience très sympa d'échange linguistique.

L’échange

En 2008, j’ai candidaté pour effectuer un échange linguistique. La ville dans laquelle j’habitais (Vaux-le-Pénil) est jumelée avec la ville de Belvidere (Etats-Unis, IL). Deux élèves du Lycée de la ville allaient avoir l’opportunité, comme chaque année, de partir aux Etats-Unis. Tous les élèves de 1ère pouvaient candidater. J’ai donc préparé mes lettres de motivation : une version en anglais et une en français. J’ai décidé de faire comme si je m’adressais à mon éventuel futur correspondant, lui détaillant tout ce que je comptais lui faire découvrir en France. Est venu ensuite le moment de l’entretien à l’oral, devant tout le comité de Jumelage. Quelques jours plus tard je reçois la lettre m’apprenant la bonne nouvelle : JE SUIS SELECTIONNEE !!!

La rencontre…

J’ai donc reçu mon correspondant, Jermain qui est venu passer 3 semaines en France. Pleins de sorties découvertes programmées pour lui faire découvrir notre beau pays. Ensuite, mon tour est venu. Nous prenons le même vol pour aller chez lui cette fois. Il me fait découvrir la campagne américaine, ou il habite, et la ville de Chicago. J’ai découvert énormément de choses : des county fair dans les champs et leurs spectacles de derby aux visites des buildings de la belle et grande ville de Chicago, aussi appelée « the windy city ». Une magnifique amitié se crée. Sa famille est aussi adorable que lui. Je me sens « chez moi ».

Le moment des aux revoirs…

Difficiles aux revoirs… mais une promesse ! Celle de se revoir vite, l’année suivante. Malheureusement, c’est seulement 5 ans après que nous nous reverrons, les études et jobs saisonniers prenant tout notre temps.

5 ans plus tard…

Je décide de retourner voir Jermain l’été dernier. Nous sommes restés en contact durant ces 5 années. Je retourne le voir, à Chicago cette fois-ci ou il est installé en colocation avec 5 amis. Il a terminé son Bachelor (bac+4) en finance et travaille dans une boite connu en la matière. Il vit en ville, comme il en a toujours rêvé, a réussi ses études. Il est heureux. Je passe 5 semaines aux US. 5 semaines de pur bonheur. J’arpente toutes les rues de la ville à pieds durant des heures pendant que Jermain travaille et je le retrouve lui et ses colocataires tous les soirs. Nous allons faire la fête, mangeons dans les endroits sympas de la ville, nous promenons le long de la plage artificielle du lac Michigan avec les buildings éclairés en décor. Nous allons dans le plus gros parc d’attraction du coin (Six Flags), visitons le magnifique « Milenium Park », mangeons les spécialités de la ville lors du « Taste of Chicago », nous allons voir un match de baseball à Milwaukee…

Je passe aussi une semaine avec son frère qui est toujours chez ses parents à la campagne. Lui fait des études de médecine qu’il réussi avec brio. Jermain est mexicain. J’ai assisté au magnifique mariage de sa cousine : traditions mexicaines au rendez-vous, musique typique… Je passe aussi plusieurs jours chez leur tante dans le Michigan : « the state of the 10.000 lakes ». Les lacs sont nombreux et tous aussi magnifiques les uns que les autres. C’est « my american family » ils me considèrent un peu comme leur fille…

La suite ?

J’envisage de vite les retrouver : soit je pars en stage à Chicago en Janvier après mon MBA, soit je pars en étude à San Francisco 6 mois pour ensuite repasser 3 mois avec Jermain. En tous les cas, nous nous reverrons en 2015, c’est certain. J’ai plus qu’hâte d’y être et revivre à l’américaine. Car oui, c’est bien comme dans les films. Tous les clichés sont vrais, des taxis jaunes, aux bouteilles de 1 gallon (3.5L) ou aux énormes pick up… Le plus ? L’accueil ! On se sent comme chez soi et on a une seule envie : y rester.

Commenter cet article

Recherche

Suivez-moi sur Twitter