Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

12 questions pour mieux connaître Maëva, expatriée à Hanoï au Vietnam.

Où  habites-tu ? A Hanoï, Vietnam

Peux-tu te présenter ? Je m’appelle Maïeva Voyage… mais pas dans la vraie vie hein. C’est juste mon nom virtuel qui est un peu vietnamisé (Maï) en hommage au Vietnam. J’ai la trentaine et je suis workaholic. Je suis partie en Asie un peu par hasard, je voulais travailler à l’étranger mais plus en Amérique du Sud. Un jour j’ai vu passer une offre pour le Vietnam, j’ai postulé comme ça, juste pour voir, et 3 mois plus tard j’arrivais à Hanoï.

 

Depuis quand  et pour combien de temps habites-tu ce pays ? Je suis arrivée à Hanoï vers la fin de l’année 2009 et les 10 premiers jours ont été les 10 pires jours de ma vie. Comme j’ai survécu à cette épreuve du feu et qu’au final, je trouvais l’expérience plutôt sympa, j’ai persévéré. J’ai bien fait, j’y ai rencontré tellement de personnes incroyables, vécu de belles expériences et des choses un peu folles. Au final, c’est comme si tout était accéléré et se vivait avec plus d’intensité (que si j’étais restée en France). Une lectrice de mon blog me disait dernièrement (alors que je relatais certaines de mes mésaventures  : « Whaou…même les chats ne possèdent pas autant de vies ! » La vie en expatriation, ce n’est pas forcément paradisiaque (sauf pour vous Mesdames les épouses d’Ambassadeurs !!!), mais c’est quand même très chouette.

1ère expatriation ? Pas vraiment. Mais dans ma vie professionnelle/d’adulte et dans un pays à la culture si différente de la mienne, oui. Si vous voulez vous expatrier et faire carrément le grand saut, choisissez l’Asie (la Chine, le Vietnam, l’Inde,…) mais pas Hong Kong, Saigon ou Goa, partez dans les villes où les traditions sont les plus fortes (dépaysement, crises de nerf et belles expériences garanties)

 

Quelle langue parles-tu ici ? Anglais au travail. Vietnamien dans la rue (pas couramment cependant, au grand désespoir de mon prof qui me voit comme la pire de ses élèves. Après plus de 2 ans d’enseignement, il a réalisé que le maximum de mes capacités linguistiques vietnamiennes se résumait à un niveau « moyen »). Pas grave, je me console en me disant que j’ai le niveau et l’accent juste suffisants pour que les marchandes de rue me considèrent comme l’une des leurs et qu’elles me fassent des rabais sur les fruits et légumes !

Tes activités ? Je travaille et j’ai quelques activités extra-professionnelles mais celle pour laquelle je bavasse le plus sur internet c’est la photographie.

 

 

Qu’est-ce qui te manque de la France ? Comme j’habite Hanoï (qui est quand même très particulière et différente de tout le reste du Vietnam), je dirais que la sécurité (dont on n’est pas forcément conscient quand on vit en France) me manque : la sécurité alimentaire, environnementale, médicale. Hanoï est quand même une ville très polluée et en cas de pépin grave, mieux vaut être rapatrié en Thaïlande ou à Singapour.

Si tu as des enfants, comment se passe leur scolarisation ? Partir travailler à l’autre bout du monde, được ! (= « ok, c’est possible » en vietnamien) ! Mais des enfants ? Je ne suis pas encore assez courageuse…

Les avantages de ta vie dans ce pays /les inconvénients ? La distance avec ses proches et la pollution (dont j’ai déjà parlé) sont pour ma part le plus difficile. D’autres diront sans doute aussi les modes de communication qui sont très différentes. Mais d’un autre côté, l’expatriation ce sont surtout de belles rencontres et des aventures incroyables qu’on n’aurait sans doute pas vécues en France. Sur mon blog, je parle à 95% de ces belles rencontres. Mes éventuels « déboires », je les mentionne plus pour en rigoler avec les lectrices. C’est important de se remettre régulièrement en question. Au final ça nous offre une belle ouverture d’esprit. Et si vous êtes entourés de personnes positives et curieuses qui savent garder un esprit critique et objectif : jackpot !

 

 

Tu rêverais de vivre où ? Dans une maison sur pilotis à Bora Bora ou dans un loft sur la 5ème avenue à Manhattan. Je ne suis pas difficile les 2 me conviendraient.

Sinon, comme mon travail est très prenant et « demanding », j’aime dire qu’après celui-ci, j’aimerais faire le même job que le père de Charlie (dans Charlie ou la Chocolaterie) : visser des bouchons de dentifrices. En début de journée, j’aurais 1000 bouchons à visser, rien de plus, rien de moins, pas d’imprévus. Enfin le repos de l’esprit ! Je sais que je ne tiendrais pas 2 jours (j’aime trop mes mappings et mes reportings) mais bon, ça m’amuse de m’imaginer en tant que « visseuse de bouchons de tubes de dentifrice ».

Ton regard sur la France et les français Je ne suis pas l’expatriée désabusée qui vous dira « la France c’est nuuul c’est pour ça que je m’expatrie !!!! » Je ne suis pas non plus de celles qui vous diront  » la France c’est géniaaaaal, les autres pays n’ont rien compris !!!! » Le fait d’être loin me parait d’avoir un regard plus objectif sur la France. Je trouve nos défauts (connus internationalement comme le côté râleur par exemple) attachants. Je pense que c’est un pays où il y fait meilleur vivre que dans beaucoup d’autres endroits. Sinon pour les Français de France ou expats, je pense qu’on en trouve des géniaux et des très cons (de tout âge et de tout profil). Un peu comme partout en fait.

 

Peut-on te suivre sur un blog ? Vous pouvez suivre mes élucubrations (et corriger mes fautes d’orthographe) sur www.photo-tuto.fr ! Vous y serez les bienvenues (je vous attends déjà) :)

 

 

Si vous êtes expatrié, et que vous êtes d’accord pour répondre à ces mêmes questions, contactez-moi.

 

Commenter cet article

Recherche

Suivez-moi sur Twitter