Amatrice d’art urbain, d’oenotourisme et d’expériences culturelles authentiques, j’ai découvert un lieu vraiment insolite où le passé viticole rencontre la créativité contemporaine : le SPIKTRI Street Art Universel.

Une ancienne cave coopérative reconvertie en galerie de Street Art

L’endroit, d’abord, est insolite.

Le SPIKTRI Street Art Universe se niche au cœur d’une ancienne cave coopérative viticole qui a été en activité de 1933 à 2007 à Ferrals-les-Corbières dans l’Aude. Le massif des Corbières, est plus connu pour son activité viticole, ses villages historiques voire ses plages sur la Méditerranée que pour l’art urbain.

Et pourtant…

Autrefois lieu de production de vins, une ancienne cave, abandonnée pendant douze ans, a été transformée en 2019 en un espace artistique dynamique. Les murs de béton et de briques, et les anciennes cuves à vin servent de toile et d’écrin à l’équipe de SPIKTRI qui leur a redonné vie.

Chaque recoin de cet espace raconte donc une histoire. Le lieu, témoignage de la viticulture, activité principale de la région, mêle son riche passé aux pulsations vibrantes du street art moderne.

Et le terrain de jeu est immense : 3 bâtiments et 14 000 m2 !

Qui sont SPIKTRI et AZBA ?

Ce sont les deux artistes principaux du lieu : ils sont les auteurs de 90% des oeuvres exposées dans la cave.

SPIKTRI est l’artiste principal, celui qui a imaginé l’univers assez incroyable dans lequel on entre. Peintre sculpteur designer, il aime détourner des objets et les recycler. Pour comprendre son nom, il faut observer le triptyque à l’entrée du premier bâtiment : SPI est une spirale qui symbolise la vie, K est un carré qui symbolise la femme et TRI est un triangle qui symbolise l’homme. Il souhaitait semer le doute sur son identité de genre.

AZBA a rejoint le projet à ses tous débuts. C’est un peintre graffeur narbonnais, né en 1986, originaire de Tunisie. Depuis 2020, il travaille à temps complet dans la cave.

Une aventure artistique

SPIKTRI a créé un univers parallèle assez loin d’une simple galerie d’exposition, ou d’un musée traditionnel. De pièce en pièce, de bâtiment en bâtiment, on entre dans un univers composé de 18 planètes avec des personnages, des compositions audacieuses, des histoires.

Le pitch de départ est simple : la terre est en perdition, l’humanité est menacée et deux scientifiques ont pour mission de trouver une nouvelle planète viable.

On découvre une à une les planètes aux univers différents en passant par des mondes surréalistes comme par exemples :

  • la planète des mythologies
  • la planète de Mona Lisa
  • la planète du recyclage
  • la planète des bolides hurlants…

La musique est omniprésente pendant la visite, ce qui joue également sur l’atmosphère du lieu.

En parcourant les bâtiments, nous sommes transportés dans un voyage visuel captivant. Des fresques murales monumentales, des installations interactives, chaque œuvre d’art raconte une histoire unique, reflétant les diverses perspectives et expériences de ceux qui les ont créées. Des couleurs vives, des réalisations saisissantes et de la musique captivent l’imagination, tandis que les messages sociaux et politiques résonnent avec une puissance émotionnelle.

Bien plus qu’une simple galerie d’Art urbain

La cave est bien plus qu’une simple galerie d’art.

Ce qui rend le lieu encore plus fascinant, c’est son évolution constante. En tant que véritable laboratoire d’expérimentation artistique, l’espace accueille régulièrement de nouvelles oeuvres de SPIKTRI et AZBA, mais aussi celles d’artistes de passage. Des événements culturels, des ateliers et des performances en direct ajoutent une dimension supplémentaire à l’expérience, créant un dialogue vivant entre les artistes et le public.

Ces photos datent de l’été dernier, mais je vais y revenir au printemps pour voir les évolutions. Le SPIKTRI Street Art Universe ferme en hiver. En 2024, il ouvre ses portes du 6 avril au 3 novembre.

Cet article participe au rendez-vous #EnFranceAussi dont l’objectif est de faire (re)découvrir la France, ses régions, son patrimoine, sa gastronomie. Ce mois-ci le thème « Insolite » est organisé par Anne du blog Travel Marmotte . Vous pourrez retrouver l’ensemble des articles sur cette thématique sur le webzine enfranceaussi.fr.

Cet article a 10 commentaires

  1. eimelle

    totalement insolite en effet! Quelle bonne idée !

    1. Sylvie

      Un lieu de création assez insolite que j’ai beaucoup apprécié.

  2. Anne LANDOIS-FAVRET

    J’adore ! Le cadre est déjà superbe et on sent qu’il y a de la surface et du street art, forcément, c’est top ! Les œuvres sont très belles et ça doit être très sympa de déambuler de pièces en pièces pour dénicher encore d’autres créations ! 😀

    1. Sylvie

      C’est immense et il y a tellement d’oeuvres qu’il faut y aller plusieurs fois, je pense.

  3. Anne-Valérie

    Belle promenade haute en couleurs, c’est chouette que l’on garde des lieux pour en faire des endroits d’expo, de création , ça me fait un peu penser à Darwin à Bordeaux qui était une caserne..

    1. Sylvie

      J’aime beaucoup aussi qu’un lieu se transforme et renaisse grâce à cette transformation. J’ai lu quelques article sur Darwin mais je n’y suis jamais allée.

  4. Delphine

    J’aime la façon dont le street art apporte une nouvelle vie à des lieux abandonnés. Certaines villes misent sur le street art pour redynamiser leur offre touristique et je trouve ça très intéressant. C’est le cas de Decazeville, que j’ai visitée cet été. Le parcours est bien mis en valeur.

    1. Sylvie

      C’est vrai que le street art a apporté du dynamisme et rajeuni quelques villes un peu abandonnées ou presque mortes, et c’est top.Je ne connais pas Decazeville mais c’est clair que si je passe pas trop loin, je m’y arrêterai grâce au street art.

  5. sophie

    C’est certain, j’adorerais ! Street-art et oenologie, tout ce que j’aime !!

    1. Sylvie

      J’ai une autre adresse sympa à Saint Chinian qui propose du street art et de l’oenologie à mettre en valeur sur le blog. Je suis certaine que tu aimeras aussi.

Laisser un commentaire