Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Se souvenir des belles choses #EnFranceAussi

Le tourisme industriel, thème de notre rdv #EnFranceAussi du mois choisi par Mathylde de Mordue de voyages, est pour moi comme un musée qui s'anime, une ode au travail des hommes, à leur savoir-faire, une immersion dans leur quotidien.

J'ai choisi de vous montrer une usine qui a fermé mais dont le patrimoine a été entièrement sauvegardé et mis en valeur pour nous permettre de mieux comprendre son histoire, mais aussi l'histoire d'une région et de ses habitants : l'usine des Soieries Bonnet.

C'est une visite que j'ai trouvé passionnante car le site est un lieu de mémoire d'une industrie textile qui a été florissante et d'une histoire sociale si proche et si lointaine. Cette immersion dans un quotidien valorise des professions oubliées et nous montre le chemin parcouru depuis, pour arriver à des conditions de travail plus faciles.

 

Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain

Les Soieries Bonnet

Au XIXème siècle, Lyon est la capitale mondiale de la soie et exporte ses tissus dans le monde entier.

Claude-Joseph Bonnet a fondé en 1810 une entreprise de soierie à Lyon. En 1835, le succès est tel, que pour s'agrandir, il implante une usine à la campagne et fait construire ce site à Jujurieux dans l'Ain à une soixantaine de kilomètres de Lyon.

Les établissements Bonnet emploieront jusqu'à 1200 salariés à Jujurieux (et 1400 à Lyon) et les soieries seront exportées dans toutes les régions du monde.

Toute la haute couture (Dior, Chanel, Lacroix, Lanvin...) a fait appel à son savoir-faire.

Le déclin débutera dans les années 1960 avec l'arrivée sur le marché des textiles artificiels, et une crise qui frappe toute l'industrie de la soie, jusqu'à la fermeture de l'usine en 2001.

Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain

Une ville-usine à Jujurieux

Ce qui impressionne quand on arrive sur les lieux, c'est la multitude de bâtiments. On arrive dans une ville ! Une ville dans la ville (enfin dans la campagne !) avec hébergement, chapelle...

Les employées ont longtemps été de très jeunes femmes, placées par leurs familles. Seul l'encadrement était masculin.

Les très jeunes travailleuses vivaient sur le site et étaient chaperonnées et surveillées par les soeurs de Saint-Joseph, qui les prenaient en charge à la place de leurs parents et ne leur laissaient pas le loisir de sortir hors l'enceinte de la ville-usine. Une pièce était réservée pour recevoir des visites de leur famille. Une chapelle leur permettait d'aller à la messe (obligatoire, bien-sûr). Le reste du temps était consacré au travail ! Elles étaient là jusqu'à leur mariage.  Elles devaient apporter une aide financière à leurs familles, et peut-être se constituer un petit pécule pour leur trousseau de mariage.

On raconte que celles qui ne se mariaient pas pouvaient demeurer dans cette usine-pension et y travailler toute leur vie.

La statue du maître des lieux, Claude-Joseph Bonnet veille encore à l'entrée.

Et une statue de la Vierge Marie devait protéger la manufacture .

Ce patrimoine témoigne non seulement d'une industrie qui a été très prospère mais aussi d'une société et d'une organisation incroyablement paternalistes.

Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain
Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain
Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain
Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain
Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain
Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain

Un voyage dans le temps

L'usine a fermé en 2001.

En 2003, l'ensemble du site est inscrit au titre des monuments historiques car il est représentatif de l'histoire industrielle et sociale dans la région de Lyon au 19ème et 20ème siècle.

L'usine et le bâtiment de la forge abritent maintenant le musée des Soieries Bonnet.

Les ateliers sont restés dans leur jus et les machines sont toujours en place, et on imagine aisément le fourmillement du personnel, le bruit ambiant. 

Le site a vraiment une âme et les murs nous renvoient l'écho de toutes ces trames de vie et de travail qui ont marqué ces lieux. La sensation est étrange. Le temps semble s'être arrêté. On passe dans les ateliers et on peut admirer et toucher des soieries, de véritables oeuvres d'Art.

Côté musée, on apprend l'histoire de l'industrie de ce textile noble et on y voit la culture des vers à soie. Passionnant aussi (même si la partie usine m'a plus particulièrement touchée) !

 

Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain
Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain

Les rdv #EnFranceAussi

Cet article participe au rdv #EnFranceAussi.

Ce sont des rendez-vous mensuels inter-blogueurs sur un thème précis. En février, ce sera "Blanc, comme..." organisé par Virginie de Les aventures d'Arthur et Thibault.

Pour tout savoir sur notre rendez-vous #EnFranceAussi (comment le rdv fonctionne ? Comment nous rejoindre ? Notre groupe Facebook....), cliquez sur le lien ci-dessus pour arriver sur la page dédiée.

Pauline a répertorié tous les articles du mois de janvier sur le Tourisme industriel sur une carte. Il suffit de cliquer dessus pour lire chaque post.

A gagner 

Le Guide de la Visite d'Entreprise (Edition Hachette pour la collection Le Routard).

Il suffit de commenter un des articles + notre page Facebook du rdv #EnFranceAussi avant le 30 janvier 2018.

Règlement du concours sur l'article de Mordue de Voyages

Merci Entreprise et Découverte pour ce cadeau !

Patrimoine industriel : les Soieries Bonnet dans l'Ain

Commenter cet article

Canoë et beurre salé 15/02/2021 17:37

Professionnelle du patrimoine industriel, je trouve ça tellement chouette de lire des articles comme celui-ci qui mettent en avant ce genre de lieu :-) Je ne connais pas celui-ci mais il donne vraiment envie ;-)

Mathilde 29/01/2018 19:33

Super visite ! Je n'avais jamais entendu parler de cette visite avant alors merci pour la découverte ! Je note cette idée pour la prochaine fois que je passe en région lyonaise !

Estelle 19/01/2018 17:29

Super intéressant. J'avais visité les soieries Cheval au sud de Lyon lors des journées du patrimoine. Elles sont toujours en activité, il n'y a que 5 salariés. Un beau métier qui se perd. Les tissus sont vraiment beaux.

Florence Gindre 18/01/2018 18:04

un musée qui donne envie d'être visité !
"Le site a vraiment une âme et les murs nous renvoient l'écho de toutes ces trames de vie et de travail qui ont marqué ces lieux. La sensation est étrange. Le temps semble s'être arrêté."
Merci pour cette découverte.

travelingaddress 09/01/2018 17:27

Quel dommage que ça ait fermé! C'était il n'y a pas si longtemps en plus!

Barbier Martine 09/01/2018 10:16

Merci Sylvie de nous avoir fait découvrir l'histoire fascinante de ce haut lieu de la soierie lyonnaise et de son rayonnement international du 19e au 20e siècles. Nous avons pu parcourir avec toi les anciens ateliers de tissage, admirez les beaux tissus en soie et nous imprégner de leur quotidien, qui ne devait pas être facile tous les jours. Ce musée est une belle mémoire vivante de la vie des gens qui y travaillaient. Bonne journée. Amitiés. Martine

Paule-Elise 07/01/2018 11:05

Super intéressant cette visite ! C'est vraiment fou les conditions de travail des ouvrières, littéralement chaperonnées et tout. On réalise comme tu le dis non seulement les progrès techniques mais aussi sociaux. On va de temps en temps en région lyonnaise, c'est une visite que j'aimerais faire à l'occasion. Merci ;-)

SYLVIE 05/01/2018 17:10

Voilà une visite bien intéressante. Difficile de s'imaginer maintenant envoyer nos filles travailler et vivre là-bas, en leur rendant visite seulement de temps en temps... Je trouve ça bien que l'usine soit restée en l'état, comme une mémoire vivante de ces temps révolus. Merci pour cette belle découverte et bonne année 2018 !

Petitgris 04/01/2018 18:16

Merci pour cette intéressante visite . Voir tant de matériaux qui semblent attendre une reprise ! Une page a été tournée , reste la nostalgie des lieux ! Un patrimoine que les habitants du lyonnais ne veulent pas oublier : comme je les comprends ! Belle année 2018 Sylvie Bisous

Caro 04/01/2018 14:59

Dommage que l'activité ait cessé, mais c'est bien d'avoir au moins conservé le site, comme un témoignage. C'est un peu triste, mais j'imagine que les techniques perdurent ailleurs...

Recherche

Suivez-moi sur Twitter